Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 octobre 2010 1 04 /10 /octobre /2010 21:10

  Samedi 2 Octobre, comme annoncée précédemment, la réunion "LGV ou lignes existantes" a eu lieu.

 

DSCF3257 [640x480]

Nous n'irons pas jusqu'à dire que la salle était comble, mais environ 90 personnes s'étaient déplacées pour rencontrer Vincent Doumayrou auteur de "La fracture Ferroviaire, pourquoi le TGV ne sauvera pas le chemin de fer".

 

Jean Paul Damaggio ouvre la discussion en donnant ce ton enthousiaste qu'on lui connait si bien et qui nous fait si chaud au coeur sur le sujet aussi grave.

 

L'intervention brillante de Vincent Doumayrou, jeune ( 35ans je crois) passionné par les enjeux de transport et d'aménagement et en particulier du chemin de fer, démontrera combien une nouvelle ligne à grande vitesse  assèche le trafic des lignes existantes qui sont vouées à l'abandon si le projet venait à se concrétiser.

 

Au cours de cette réunion les échanges furent interessants et animés.

 

Sur tous les maires des communes impactées 2 ont répondu à l'invitation du  Collectif Val de Garonne Lomagne, organisateur de cette réunion publique et nous les en remercions... Nous remercions également la conseillère régionale d'Europe Ecologie qui est intervenue, mais hélas elle n'a pas pu donner la position d'EE concernant le vote prochain de la convention du financement Tours-Bordeaux, ce qui a soulevé un tollé général dans la salle. Comment à quelques semaines  d'une signature pour  le financement d'un projet aussi titanesque, on puisse rester aussi évasif sur sa position???? 

 

 

Nos voisins du Lot et Garonne la Coordination 47 des associations contre la ligne à grande vitesse étaient également présents intervenants régulièrement pour argumenter sur l'utilité de la réabilitation des lignes existantes en comparant les coûts financiers avec une LGV.

 

Dans la salle 2 intervenants, pas du tout concernés par le tracé, puisqu'habitants largement en dehors de celui ci.

Interpellés par les panneaux des opposants à la LGV qui fleurissent le long des routes, ils se sont rendus en curieux à cette réunion annoncée de samedi soir. Les arguments exposés pour un NON LGV,  OUI aux TGV sur les lignes existantes ont eu tôt fait de les persuader de la folie de ce projet ruineux et destructeur de notre environnement et de nos terres agricoles.

Il est certain qu'ils se feront le porte parole, auprés de leur entourage, de ce qu'ils ont entendu, decouvert et compris.

 

DSCF3248--640x480-.JPG

 
Durant ce temps au fond de la salle, pendant que les grands débattaient... des enfants saisissant combien le sujet était grave, s'exprimaient spontanément à leur façon...
 
DSCF3259--640x480-.JPG
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
DSCF3252--640x480-.JPG
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  
 
 
 
 
 

 

 

 

Borloo doit rencontrer Malvy à Toulouse prochainement, pour signer la convention sur le Tours-Bordeaux, il est proposé d'aller saluer le ministre avec quelques banderoles, afin de rappeler à ce beau monde que le NON LGV, oui aux TGV sur les lignes existantes ne baisse pas la garde et continue à se mobiliser.

Nous vous tiendrons au courant de la date lorsque celle ci sera connue.

 

Repost 0
30 septembre 2010 4 30 /09 /septembre /2010 22:04
La grande saga des grosses dépenses à grande vitesse s'accélère.
Jean Louis Borloo était hier à Bordeaux pour faire quelques petites concessions sur les tracés Bordeaux- Hendaye et Bordeaux-Toulouse. Ces petits compromis avaient bien entendu pour but d'édulcorer nos élus régionaux afin qu'ils acceptent le financement  (avec nos impôts) du tronçon Tours-Bordeaux et d'essayer de calmer une fronde grandissante qui déborde au delà du front des associations d'opposants aux LGV.

Même si on annonce que sur le projet LGV Sud-Ouest, le tracé est validé, il faut quand même savoir que le financement du Tours-Bordeaux n'est pas encore bouclé. " Il ne manque qu'un chouia à caler" dira JL Borloo pour se vouloir optimiste.

La région Aquitaine devrait voter sa part de financement le 26 octobre. On croit savoir qu'il y a quelques hésitations de la part de certains conseillers.

Pour Midi Pyrénées, JL Borloo rendra visite à M Malvy à Toulouse prochainement...date et heure à préciser ... pour ajuster quelques points...soit disant. Pendant ce temps JM Baylet se félicite d'un côté de sa récolte de fruits aprés sa démarche auprés de JL Borloo, tout se demandant comment cette LGV va être financée vu le gel des dotations sur 3 ans des collectivités. ( Dixit la Dépèche du Midi du 29.09 ) On croit rêver!!! La question du financement est posée depuis longtemps par les associations anti-LGV me semble t-il!!!

Il faut savoir que les contribuables que nous sommes, allons financer par nos impôts nationaux et locaux, un projet dont l'exploitation et les benéfices iront directement dans les coffres des grosses entreprises BTP (Vinci pour le Tours-Bordeaux). RFF et l'état n'ayant plus la capacité financière pour la construction de ces LGV, vont faire supporter le poids de cet investissement aux régions, départements et toutes les collectivités territoriales, autant dire NOUS.

Quoique l'on en dise, tout n'est pas joué, on commence à parler d'un aménagement des lignes existantes sur certains tronçons. Il semblerait même que, en Aquitaine, en janvier dernier, le comité avait opté pour une gare « rive gauche », et plus précisément du côté de Sainte-Colombe-en-Bruilhois. Hier pourtant, le préfet de région a certes affirmé que cette option restait privilégiée, mais il a également invité les élus à poursuivre la réflexion sur une modernisation de la gare du centre-ville d'Agen. Une position quelque peu

«bancale» qui n'est peut-être pas sans relation avec la facture qu'imposerait une gare en rive gauche.

Pendant ce temps... Borloo n'a qu'une idée en tête qui est celle de signer la convention définitive avec Vinci pour la construction du Tours-Bordeaux. Il espère...avant Noël.

Personne ne sait cependant quelle sera le denouement de toute cette effervescence... à Grande Vitesse.

 

 

des sous

           

             N'oubliez pas le RV trés interessant, riche en information à :

Castelsarrasin, salle Descazeaux

Samedi 2 octobre à 20h 30

 

Grande réunion publique

                                     Organisé par le Collectif Val de Garonne Lomagne

Repost 0
29 septembre 2010 3 29 /09 /septembre /2010 10:04

Castelsarrasin, salle Descazeaux

Samedi 2 octobre à 20h 30

 

Grande réunion publique

avec Vincent Doumayrou

 

LGV ou ligne existante ?

 

Entrée gratuite, débat contradictoire

Vincent Doumayrou est l’auteur du livre :

La fracture ferroviaire, pourquoi le TGV ne sauvera pas le chemin de fer

 

Organisé par le Collectif Val de Garonne Lomagne

Repost 0
17 septembre 2010 5 17 /09 /septembre /2010 23:23

SUD OUEST 

16 septembre 2010 10h23 | Par Anne Gresser

En Lot-et-Garonne, la lutte se durcit contre la LGV

À deux mois d'une grande manifestation agenaise le 13 novembre, le collectif peaufine ses arguments qui visent  à dénoncer l'inutilité de la Ligne à grande vitesse

 La coordination 47 pour le TGV sur des lignes existantes rénovées veut intensifier sa lutte. Photo A. GR.

La coordination 47 pour le TGV sur des lignes existantes rénovées veut intensifier sa lutte. Photo A. GR.

La Coordination 47 pour le TGV sur les lignes existantes n'a pas connu de trêve estivale. Aujourd'hui, tous sont en ordre de bataille pour organiser la grande manifestation du 13 novembre à Agen. Car aujourd'hui, « il faut convaincre de l'inutilité de cette ligne ». Tout l'été, ses membres ont travaillé à élaborer un argumentaire « en nous appuyant sur les données même de RFF, le maître d'ouvrage », précisent ses adhérents. Un argumentaire qui vise à dénoncer l'inutilité de la Ligne à grande vitesse (LGV) au regard des investissements nécessaires, des dommages causés à l'environnement et à l'ensemble du paysage lot-et-garonnais (lire encadré).

Ces arguments étaient présentés il y a quelques jours devant près de 200 personnes à Feugarolles. « On a fait un tabac », s'enthousiasme Charles d'Huyvetter, président de Très grande vigilance en Albret, association membre du collectif. Cet argumentaire est présenté depuis la rentrée non seulement aux membres des associations, mais également aux élus : Conseil général, député, mais aussi RFF. « Et demain, nous rencontrons les vice-présidents de la Communauté d'agglomération d'Agen, à Boé », complète Claude Semin, président de l'association de Caudecoste, et de la coordination départementale.

Si l'association perçoit des oreilles d'élus plus perméables à leurs arguments, notamment sur le coût « quatre fois supérieur à une rénovation des lignes », ou sur le Grenelle de l'environnement, ce qu'elle veut, c'est l'abandon de la construction de cette ligne.

Actions et réunions

Alors, « on met la pression », selon Claude Semin. Il veut « arroser tout le département ». Les affichettes jaunes aux slogans chocs ne sont pas prêtes de disparaître du paysage. Mais cette intensification de la lutte passe aussi par du concret.

D'où les réunions et les actions, appelées à s'intensifier jusqu'au point d'orgue du 13 novembre à Agen. Ce jour-là, la Coordin- ation 47 pour le TGV sur les lignes existantes organise une manifestation qui devrait dépasser les frontières du département, à l'image de celle de Nérac, le 6 mars dernier, qui a rassemblé plusieurs milliers de personnes.

D'ici là, des réunions publiques auront lieu à Marmande, Tonneins, Aiguillon, Port-Sainte-Marie, Agen, Nérac et Villeneuve-sur-Lot. Dans cette dernière ville, la Coordination 47 va même s'offrir un stand sur le Salon horizon vert.

 

N'oubliez pas de lire les derniers articles de Jean Paul, je vous les recommande:   http://la-brochure.over-blog.com/

 
 
Repost 0
15 septembre 2010 3 15 /09 /septembre /2010 15:48

 Que ce soit le Paris-Limoges, le Tours-Bordeaux, le Bordeaux-Espagne, le Bordeaux-Toulouse où la LGV-Est ou LGV Paca... les anti LGV sont tous d'accord.

- Projet inutile (gain de temps dérisoire)

- Projet ruineux qui endettera durablement les collectivités territoriales.

- Projet qui assèchera nos régions ( assèchement de la desserte des petites villes)

- Projet destructeur de l'environnement.

- Projet destructeur des exploitations agricoles où se pratique une agriculture paysanne respectueuse de l'environnement et du maintien de la qualité des produits.

- Un projet qui se désintéresse de la voix des opposants qui s'insurgent pour défendre leurs biens et leurs qualité de vie.

L'utilité publique disent-ils... Pour qui?

Ci dessous  interviews révélateurs de ce qui nous attend ... pour cette raison, la mobilisation doit être massive.

 

 

 

Repost 0
12 septembre 2010 7 12 /09 /septembre /2010 16:42

Petit coucou de quelques jours de vacances au Pays Basque où les banderolles "NON LGV" fleurissent autant que les géraniums aux balcons des maisons...Toutes les occasions sont saisies pour manifester leur opposition.

 

 

Les fêtes d'Urrugne, appelées « Bixintxo » du nom de St Vincent de Xaintes patron de la paroisse, se déroulent traditionnellement le 1er dimanche de Septembre.

Ces fêtes sont très réputées du fait de la diversité des animations proposées : 
cela va de la corrida pédestre au comice agricole intercantonnal (un des plus réputés du département) en passant par les traditionnelles parties de pelote et les bals du soir, repas champêtre, concert, concours de fandango, feu d'artifice, etc... Toutes les manifestations sont gratuites hormis la pelote en trinquet.

 

Des fêtes très suivies

 Les agriculteurs ont tenu à montrer leur opposition contre la LGV lors du comice agricole. PHOTOs B. L.

Les agriculteurs ont tenu à montrer leur opposition contre la LGV lors du comice agricole. PHOTOs B. L.

 

Ci-dessous cliquez, vidéo en Basque certes, mais vous comprendrez...
 
La terre n'est pas une marchandise...lu sur un autocollant.
 
Repost 0
8 septembre 2010 3 08 /09 /septembre /2010 22:21

Le Petit Bleu Lot et garonne, mercredi 08 septembre 2010

 

 

LGV : manifestation en novembre, en ville

transports

Photo J.-M. M.
Photo J.-M. M.
Photo J.-M. M.

En novembre, mobilise tes membres. Ce pourrait être le dicton certes détourné qu'utiliseraient les responsables de la Coordination 47 des opposants à la LGV, la désormais fameuse ligne à grande vitesse attendue pour 2 020 dans le département et dans le meilleur des cas.

Le 13 novembre est en effet une date cochée en noir sur le calendrier des anti-LGV, qui aux dires de Claude Semin, l'un de leurs porte-parole, ne sont pas restés inactifs (lire nos précédentes éditions). « Nous étions dans une phase de construction de nos arguments techniques », explique cet opposant de Caudecoste. « Désormais, on passe à la phase d'explication vis-à-vis de la population ». Explication, et sensibilisation sous diverses formes que ceux qui défendent l'idée d'un TGV sur les lignes existantes gardent au chaud.

Chaude également, toujours selon Claude Semin, l'entrevue avec Jean Dionis, flanqué de Christian Dezalos, maire de Boé et premier vice-président de la communauté d'agglomération (CAA). C'était en juillet. « Nous n'arriverons pas à convaincre le maire d'Agen. En revanche, nous avons la prétention de croire que nous sommes parvenus à faire entendre nos arguments auprès d'une partie des conseillers généraux de la majorité comme de l'opposition. » Deux rencontres distinctes en juillet, aussi.

Moratoire

« Nous leur demandons de décider d'un moratoire et de ne pas voter l'engagement financier du département pour la réalisation de la ligne (140 millions d'€ au total pour le Lot-et-Garonne, NDLR). » Le conseil général doit aussi abonder le financement d'une étude voulue par un collectif d'élus concernés par le fuseau de 1 000 m, tracé préalable de la LGV dessiné en janvier dernier.

« Il n'est pas concevable qu'avec les arguments que nous avançons, qui sont bâtis sur les données techniques de Réseau ferré de France, le conseil général puisse décider de poursuivre dans cette voie. »

Les anti-LGV ont en revanche choisi la voie de la réunion, avec les opposants du Tarn-et-Garonne, et veulent se rapprocher aussi de la Gironde. Germe l'idée d'actions communes. Semin le répète : « Nous voulons interpeller la population, toute la population, y compris celle du nord du département.

Quatre réunions sont prévues dans les prochains mois. Dans le cartable des membres de la coordination, un document synthèse de l'expertise réalisée pendant l'été. Ces conclusions ne vont bien sûr pas dans le même sens de circulation que la LGV présentée pendant l'hiver.

Repost 0
26 août 2010 4 26 /08 /août /2010 12:23

 

  

 

Mardi 24 Août 2010 a eu lieu la réunion de la coordination 47-82 à St Martin de Curton dans le lot et Garonne.

 

 

Ainsi les associations qui luttent pour l'entretien et l'optimisation des lignes existantes plutôt que la création de nouvelles lignes, se fédèrent entre elles pour former une coordination interdépartementale. Une volonté de faire un front commun afin de lutter ensemble contre ce projet aberrant.

 

 

IMG 4674

 

La réunion était menée par le président de l'Association de Sauvegarde des Landes et des Coteaux de Gascogne : Alain Dewerdt.

Il y avait une trentaine de participants représentant l'ensemble des assos du 47 et les représentants de notre collectif Val de Garonne : André Gorisse, Antoine Bongiardino, Patrick Puech.

Intervention du maire de Houilles (Membre de l'association Qualité de Vie dans le Canton de Houilles), opposée à la LGV .

 

 

Article paru ce matin 26 Août 2010 dans Sud Ouest.

 

La coordination anti-LGV sur les rails

Les associations du Lot-et-Garonne et du Tarn-et-Garonne font désormais front commun pour réaménager les lignes existantes.

 

 

 La coordination interdépartementale a été lancée mardi. photo K. P.

La coordination interdépartementale a été lancée mardi. Twitter Diggit StumbleUpon

 «Cette réunion marque le premier pas de la coordination interdépartementale. Nous voulons rassembler le plus grand nombre d'organisations le long de la ligne reliant Bordeaux à Toulouse », déclare Alain Dewerdt, président de l'Association de sauvegarde des Landes et Coteaux de Gascogne (Aslca).

Le Collectif Val de Garonne-Lomagne du Tarn-et-Garonne a ainsi officiellement rejoint la Coordination des associations du Lot-et-Garonne, mardi soir, à Saint-Martin-Curton. Cette dernière a été créée fin mai afin de fédérer 12 organisations du département, dont l'Aslca.

Ce regroupement remet en cause l'utilité de la Ligne à grande vitesse (LGV) et considère le réaménagement et l'optimisation des lignes existantes comme une solution moins coûteuse et suffisante.

Obtenir un moratoire

Avec certains élus, les associations ont demandé une étude alternative à celle de Réseau ferré de France (RFF). Elle devrait être remise le 31 mars 2011. « Étant donné les décisions qui seront prises avant cette date, ce sera peut-être trop tard », explique Catherine Aime, vice-présidente de Très Grande Vigilance en Albret.

Le 18 novembre, le financement de la ligne entre Bordeaux et Toulouse devrait être définitivement voté. Le nouveau tracé de la LGV sera annoncé à la fin de l'année. Le but de l'étude est donc de bousculer le calendrier afin d'obtenir un moratoire. « S'ils sont cohérents, les conseillers généraux ne prendront pas de décision le 18 novembre vu qu'il y aura une étude en cours », poursuit Catherine Aime.

« Bloquer le processus de décision permettra d'avoir plus de temps pour faire apparaître les failles du projet, comme le très lourd coût financier », renchérit Alain Dewerdt.

Une demande officielle de moratoire va être envoyée à Pierre Camani, président du Conseil général du Lot-et-Garonne. Le collectif veut aussi rencontrer Alain Rousset, président du Conseil régional d'Aquitaine, lors de sa venue dans le département le 1er septembre.

Autre priorité dans les prochaines semaines, élargir la coopération interdépartementale en incluant les associations de Gironde, avec lesquelles les contacts sont déjà pris, puis la Haute-Garonne. Il restera ensuite à mettre sur les rails la coordination avec les collectifs de la ligne Bordeaux-Hendaye.

 

Lot-et-Garonne · Alain Rousset · LGV · Bordeaux · Pierre Camani

 

Repost 0
22 août 2010 7 22 /08 /août /2010 22:22

Hier samedi 21 Août, le Comice Agricole du canton d'Auvillar se tenait au Pin.

Bien entendu la Dépèche du midi présente sur les lieux, relate aujourd'hui la matinée, faisant fi de la présence de l'association Val de Garonne et de Lomagne qui poursuit sa lutte contre le projet LGV.

Banderolles et panneaux signalaient la présence des opposants à cette Ligne à Grande Vitesse.

 

 

 

 

DSCF2788--640x480-.JPG          DSCF2794--640x480-.JPG

 

 

                                                                                                                                                                                              

                                                  DSCF2792--640x480-.JPG   

 

Leur présence  n'était pas du au hasard d'une manifestation. Il faut savoir que la commune "Le Pin" est elle aussi largement impactée par le tracé. Les opposants étaient présents simplement pour informer les visiteurs et les exposants sur ce projet ruineux pour tout le monde et les dégats environnementaux considérables qu'il engendrera sur notre territoire.

 

DSCF2798--640x480-.JPG

Tout le monde ne se montre pas résigné bienheureusement, ainsi pouvait-on trouver ce  panneau devant un superbe stand de fruits.

 

DSCF2795--640x480-.JPG

 

 

 

 

 Quelques clichés de la journée.

Félicitons nos exposants qui malgré les aléas de leur metier résistent, prouvant que le dynamisme existe encore dans notre région, en dépit des difficultés.                     

 

   

 DSCF2816--640x480-.JPG      DSCF2809--640x480-.JPG

 

 

DSCF2819--640x480-.JPG      DSCF2805--640x480-.JPG

 

 

DSCF2812--640x480-.JPG         DSCF2813--640x480-.JPG

 

  Sur les 2 clichés suivants... cherchez l'erreur...

Ces quelques vaches qui nous portent un regard calme et bienveillant...

Plus loin et en nombre plus important ... la présence  insolite  de ces vieux tacots rutilants, faisant la fierté de leur propriétaire certes et il y a de quoi. 

 

Un brin de nostalgie sur le temps passé où nous étions encore loin  de parler de grande vitesse....

Quelle ambiguité!!!!

 

 

 

  DSCF2807--640x480-.JPG        DSCF2821--640x480-.JPG

 

Repost 0
20 juillet 2010 2 20 /07 /juillet /2010 21:35

Vendredi 16 Juillet à Dunes.

 


 Compte rendu de la rencontre avec le conseiller général du canton d'Auvillar: Christian Astruc
 

Présents: Céline vuillier, André Gorisse, Antoine Bongiardino, Patrick Puech
 

Question du Collectif:

La participation au financement du Bordeaux Tours par le conseil général du Tarn et Garonne va être votée dans les prochains jours. Vous êtes souvent apparu en public comme un opposant à la LGV. Quelle sera votre position lors de ce vote?

 Christian Astruc :

Ma position a toujours été NON à la LGV sur notre territoire. La délibération votée en conseil municipal est dans ce sens. J'ai toujours argumenté sur le fait que nous avions déja donné en termes de nuisances avec l'autoroute, les lignes HT, la centrale nucléaire. La ligne LGV peut passer par le Gers.
 En ce qui concerne le financement, la décision budgétaire est déja prise, si la région le veut, et pour cela elle est soutenue à l'unanimité par ses élus, elle trouvera le financement. J'ai voté pour, car il y avait engagement d'une gare à Montauban.  

 

Question du Collectif:

Le conseil général du Lot et Garonne à voté une subvention de 50000€ pour le financement d'une étude indépendante sur les coûts et avantages de ce projet. Que pensez vous d'une participation du Conseil général du Tarn et Garonne au financement de cette étude.

 Christian Astruc :

J'en parlerai au président !!!!
 

L'échange des arguments a duré 1h30 sans que sa position évolue. 
Sur sa participation à l'association des élus des 31 communes décidées lors du dernier conseil général, il nous affirme que si cette association décide du traçé il s'en désolidariserait. Il nous explique que cette association a été faite pour être en position de forçe et répondre au mieux aux demandes des gens impactés par le passage de la LGV en termes d'indemnisation. Ce n'est pas à elle de décider du traçé.
Nous lui rappelons que cette association est présidée par le maire de Pompignan qui se bat depuis le début de ce projet pour un déplacement du traçé.

 Il est d'accord pour nous tenir informés des questions budgétaires qui seront en vote prochainement.

 A suivre... De prés

Un autre RV va être pris ces prochains jours avec  Pierre Guillamat et Guy-Michel Empociello, Conseillers Généraux sur le canton de Moissac.

 



 

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de lgv.sabstenir.over-blog.com
  • Le blog de lgv.sabstenir.over-blog.com
  • : Pour rappeler que, même si matériellement la ligne ne passe pas à proximité de tout le monde,chacun devra quand même payer ce projet ruineux et dévastateur... N'oubliez pas d'écouter la musique en cliquant sur le petit encart de chaque article.
  • Contact

Recherche